https://www.atinternet-solutions.com
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/11/2009

François et La Verna. (1)

Ce lieu, assurément fut aimé et très fréquenté par "Frère François"!

On ne sait pas exactement combien de fois François vint se retirer à La Verna, entre 1213 et sa mort... 

 Prenons le temps de nous arrêter sur quelques épisodes de la vie de François et de ses compagnons en ce haut lieu, tels que nous les rapportent les Fioretti, ce livre écrit en latin au 14° siècle... même s'il est difficile de faire la part entre le "réel" et le "merveilleux"!...

Le commencement...

Tout a commencé un jour de printemps de 1213... François et quelques compagnons, partis de Spolète pour la Romagne, s'arrêtent près du château de Montefeltro où l'on donne une fête et un tournoi à l'occasion de l'investiture d'un chevalier... L'occasion est trop belle d'annoncer la Parole divine... François se dirige vers la fête, et les convives voient soudain ce mendiant grimper sur un muret et se mettre à prêcher sur le thème suivant: "si grand est le bien que j'attends, que toute peine m'est un plaisir".  La foule, d'abord étonnée  est rapidement émue puis conquise par les paroles de François.

C'est alors qu'un homme important, riche de surcroît, s'approche de François: c'est le comte Orlando (Roland) de Chiusi. Il avait déjà entendu parler de ce François, d'Assise.  Le personnage l'intriguait...  Après un long échange avec le poverello, le comte dit à François, selon les Fioretti (Première considération sur les Stigmates):

"Je posséde en Toscane un mont très favorable à la piété qui s'appelle le Mont Alverne; il est très solitaire, couvert de bois, et fort bien disposé pour qui veut faire pénitence en un lieu écarté du monde, ou pour qui a le désir de la vie solitaire.  S'il te plaisait, je te le donnerais volontiers, à toi et à tes compagnons, pour le salut de mon âme."

P5220351.JPG

François accepte le don et dit à Messire Orlando:

"Messire, quand vous serez retourné chez vous, je vous enverrai de mes compagnons et vous leur montrerez ce mont; et s'il leur paraît propre à la prière et à faire pénitence, j'accepte dès maintenant votre offre charitable."

Les compagnons de François, escortés d'une cinquantaine d'hommes en armes pour les défendre des bêtes sauvages, furent conquis par cette montagne et construisirent une première hutte en branches d'arbres avant de s'en retourner vers François. 

Peu de temps après la petite troupe: François, frère Ange, frère Massée et frère Léon, se met en route...  Le voyage est long et pénible... François est assailli par les démons au cours de la nuit...  Au bout de trois jours, ses compagnons le trouvant trop faible, s'en vont demander à un paysan des environs de prêter son petit âne à frère François...  Le paysan leur demanda:

 "Etes-vous des frères de ce François d'Assise dont on dit tant de bien?"

Devant la réponse affirmative des frères, l'homme prépare joyeusement sa bête... mais, en cours de route, il ne se prive pas de faire la leçon à François, comme le rapportent les Fioretti:

"ils poursuivirent leur route, cet homme avec eux, derrière son petit âne. [Peu après], le paysan dit à François: "dis-moi, es-tu frère François d'Assise?" François répondit que oui: "tâche donc alors, dit le paysan, d'être aussi bon que tout le monde le pense, parce que beaucoup de gens ont grande confiance en toi: aussi je te donne le conseil de n'avoir rien en toi qui diffère de ce que l'on espère de toi."

François, nullemement choqué par cette réflexion plutôt abrupte:

"se jeta sur-le-champ de l'âne à terre, s'agenouilla devant cet homme, lui baisa les pieds et le remercia humblement de ce qu'il avait bien voulu l'admonester avec tant de charité"...

A mi-montée, voici que notre homme se plaint de la chaleur et de la soif...

 "si je n'ai pas quelque chose à boire, je vais sur le champ rendre l'âme!" Après avoir prié, François dit au paysan: "Cours au plus vite à cette pierre, tu y trouveras l'eau vive que le Christ, dans sa miséricorde, vient d'en faire jaillir."

P5220353.JPG
"Il but copieusement et se trouva réconforté.  Et il apparaît bien que cette source fut miraculeusement produite par Dieu à la prière de saint François, car, ni auparavant, ni depuis, on ne vit jamais en ce lieu source d'eau..."
La petite troupe poursuit sa difficile ascension de l'Alverne...

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique