https://www.atinternet-solutions.com
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/11/2009

François et la Verna (2)

Accompagnons notre petite troupe sur les derniers mètres de l'ascension du mont de La Verna... avec les Fioretti...

"Comme ils s'approchaient du pied même du rocher de l'Alverne, il plut à S. François de se reposer un peu sous un chêne qui était sur le chemin (...) et pendant qu'il était dessous, (...) voici venir une grande mulitude d'oiseaux divers, qui, par leurs chants et leurs battements d'ailes, montraient tous très grande joie et allégresse; et ils entouraient S. François de telle sorte que les uns se posèrent sur sa tête, les autres sur ses épaules, d'autres sur ses bras, d'autres dans son sein et d'autres autour de ses pieds..."

P5220354.JPG
"François arrive à La Verna, salué par une multitude d'oiseaux".
(tableaux peints sur les murs du couloir qui conduit à la Chapelle des Stigmates)
Cet épisode est rappelé de nos jours par la "Chapelle des Oiseaux" dont j'ai déjà parlé.  Elle fut construite en 1602.
La petite troupe est émerveillée! François dit:
"Je crois, mes très chers frères, qu'il plaît au Seigneur que nous habitions sur cette montagne solitaire, puisque nos soeurs et nos frères les oiseaux témoignent tant d'allégresse de notre venue"...
 
Tandis que la petite communauté "s'installe", Le Comte Orlando et sa suite viennent leur rendre visite, apportant quelques vivres et propose ses services... François le remercie et...
  "le pria de lui faire faire une pauvre cellule au pied d'un très beau hêtre, qui était à une distance d'un jet de pierre du lieu choisi par les frères, parce que ce lui paraissait un endroit très propre à la piété et à la prière.  Et Messire Orlando la fit faire sur-le-champ. (...)
Après quelques jours, comme saint François se tenait à côté de ladite cellule, en considérant la disposition de la montagne et en s'émerveillant des grandes fissures et crevasses de ces énormes rochers, il se mit en prière..."
P5220335.JPG
La petite chapelle Ste Marie-Magdeleine, construite à l'emplacement de la première cellule de François.
Vie de la communauté à La Verna...
François imposa à ses frères une règle de vie que tous devront suivre.  Il leur recommande par dessus tout de vivre...
"la sainte pauvreté, en leur disant:" ne vous en rapportez pas à l'offre charitable de messire Orlando au point d'offenser en quoi que ce soit  notre dame Madame La Pauvreté".
Il décide, ensuite, de vivre dans la solitude et de se recueillir avec Dieu. Il vit, à ce moment là des épisodes douloureux, car la Fraternité qu'il a créée vit des jours difficiles au point qu'il doit s'en écarter pour un temps...  Les transformations de l'ordre ne correspondent plus à son idéal.
Pour savoir ce qu'il doit faire, il a recours, comme c'était fréquent à cette époque, au livre des Evangiles;  il ouvre donc, au hasard, le Livre trois fois de suite et à chaque fois il tombe sur le récit de la Passion du Christ.  Il comprend alors que ses souffrances ne sont pas terminées... 
P5220344.JPG
Une autre fois, c'est le Christ qui lui apparaît dans sa cellule, assis sur la pierre où frère Léon déposait son repas.  Lorsque celui-ci, peu après, ignorant ce qui vient de se passer, veut déposer l'écuelle, François l'en empêche et lui demande d'oindre d'huile et de baume la pierre désormais sacrée, car le Christ s'y est assis.
P5220357.JPG
 Dans cette solitude, seul le Frère Léon, en effet, était autorisé à franchir la passerelle au-dessus du vide pour lui apporter un peu de pain et d'eau, ainsi qu'une fois la nuit, "à l'heure de Matines", pour prier éventuellement avec lui.
François passa ainsi le temps du Carême de la Saint Michel, du 16 août au 28 septembre, à la Verna;  mais:
 
"bien qu'il soutînt beaucoup de combats contre le démon, il recevait néammoins de Dieu de nombreuses consolations, non seulement par des visites angéliques, mais aussi par les oiseaux sauvages; car pendant tout le temps du carême, un faucon qui nichait là près de sa cellule le réveillait chaque nuit un peu avant matines, en chantant et en battant des ailes à sa cellule et ne s'en allait pas avant qu'il ne se fût levé pour dire les matines"...
P5220360.JPG
Mais, si François était fatigué ou malade...
 
"Ce faucon, à la façon d'une personne discrète et compatissante, ne chantait que plus tard.
S. François prenait ainsi grand plaisir à cette sainte horloge, car la sollicitude du faucon chassait de lui toute paresse et l'incitait à prier; et en outre, il restait parfois, pendant le jour, familièrement près de lui"...

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique