https://www.atinternet-solutions.com
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/01/2010

Etape 8 : Assise - Spello.

Il y a deux ans, nous étions restés deux jours à Assise.  Nous avions visité la ville et surtout passé des heures inoubliables à San Damiano.  Nous ne nous attarderons donc pas cette année à Assise.

A la "Perfetta Letizia" qui, cette fois encore, nous héberge, c'est la grande effervescence: demain, en effet, deux jeunes qui se sont connus sur le chemin, vont se marier à S. Maria degli Angeli et les agapes qui suivront se dérouleront au "gîte"... En fin d'après-midi, nous nous dirigeons avec nos amis italiens et quelques autres pélerins vers la chapelle de la Portioncule, dans la basilique, pour recevoir la bénédiction des pélerins.  Nous sommes là, dans cette minuscule chapelle, aux origines de  l'ordre franciscain...  La "présence" de François est ici...

Nous quittons, le lendemain matin, nos amis italiens qui s'arrêtent ici.  C'est à regret que nous nous disons au revoir sur l'esplanade de la basilique avant de prendre le bus qui va nous monter tout là-haut, à la Piazza Matteotti, tout près de  cette porte, la "Porta Cappuccini".

P5170255.JPG
Nous entamons, sous la chaleur, la dure montée (500 m. de dénivelé) sous la verdure des pentes du Mont Subasio, vers l'ermitage des Carceri par un chemin rocailleux qui nous oblige à de fréquentes haltes pour reprendre notre souffle: ce chemin n'a rien d'une ballade de santé et chasse de notre corps toutes les toxines accumulées!
P5170257.JPG
Peu avant l'ermitage, heureusement, la pente s'adoucit et entre les arbres, notre regard découvre la plaine de Foligno et plus largement, la plaine de Spolète... Puis, ô ironie! on débouche sur une route qui descend à l'ermitage des Carceri.
P5170258.JPG
Les Carceri.
P5170259.JPG
Les "carceri" signifient littéralement les "prisons" mais, dit Francesco GIOIA:
"dans le dialecte de l'époque, à Assise, 'carcere' signifiait 'retraite': dans ce cas précis, il s'agissait de la retraite des moines bénédictins du mont Subasio qui avaient construit un minuscule oratoire dédié à la Vierge, à 800 mètres d'altitude, dans une forêt de chênes qui existe encore..." (p. 47).
P5170260.JPG
P5170261.JPG
Ici, comme à la Verna, l'ermitage est agrippé à la roche
avec un abrupt impressionnant, tandis qu'au delà de la forêt épaisse, on devine la vallée de Spolète.  Lieu de grande solitude, à l'origine... mais maintenant une route arrive ici et les taxis déversent un flot ininterrompu de touristes...
Au temps de François, les frères vivaient dans des abris taillés dans des grottes sur les versants du mont. Ils se retrouvaient pour la prière commune. 
 Le Poverello voulait que les frères aient des périodes de "retrait" de la vie active pour se consacrer à la contemplation avant de repartir sur les routes vers les gens: action et contemplation devaient être inséparables et se nourrir l'une l'autre.  A l'époque, cette vision des choses était novatrice.
Malheureusement, nous ne pourrons voir ni la chapelle, ni la grotte où se retirait François: tout est fermé!  Dommage!
Nous reprenons la route, toujours en montant avant de nous engager dans un sentier balisé qui débouche bientôt sur la prairie sommitale du Subasio, là où "le mont étale son crâne tonsuré" (Julien GREEN)
P5170264.JPG
La vue est magnifique!
Tout en bas, Assise, "vu du ciel", se repose sur les flancs de sa colline; La Rocca Maggiore est bien visible ainsi que les clochers des églises... Nous prenons conscience du dénivelé que nous venons d'affronter.
P5170268.JPG
Pendant quelques heures, nous allons prendre notre temps sur le crâne presque chauve du Subasio, parcourant sans hâte ni fatigue, les sentiers: un petit vent et quelques nuages atténuent les rayons du soleil...
P5170272.JPG
Nous faisons de nombreuses haltes, guettant avec regret le moment où Assise va disparaître à notre vue. 
Une autre partie de notre pélerinage commence: nos amis ne sont plus là, Assise est derrière nous... il y a un petit brin de nostalgie!
P5170271.JPG
La longue vallée de Spolète s'étend, immense, à nos pieds: on aperçoit Trevi et Foligno et dans le lointain, Spolète.  Notre ville-étape, Spello, est à proche mais cachée à notre regard par un petit mont.
Nous nous sentons si bien sur ces sentiers que nous manquons celui que nous devions emprunter pour amorcer la descente vers Spello...  Nous importunons deux amoureux pour demander notre chemin... et retrouver la Fonte Bregno.  
 Nous jetons un dernier regard sur la vallée avant de nous enfoncer sous les arbres...
P5170273.JPG
et de déboucher sur un chemin rocailleux,  entourés d'oliviers; nous sommes en vue de Spello, perchée sur un petit mont, magnifique  ville moyennâgeuse, entourée de remparts et percée de trois belles portes; les rues sont étroites et fort pentues!
P5170275.JPG
Nous sommes très bien reçus par les religieuses du couvent "Piccolo San Damiano", qui nous accueillent à leur table pour le repas du soir.  De la terrasse de leur communauté, la vue s'étend, dans la lumière du soir, large et apaisante, sur la vallée de Spolète.
Spello, Foligno, Spolète... que de fois, dans la vie de François, on entend parler de ces villes, par exemple à l'occasion du
 Chapitre des Nattes...
François avait, en effet,  décidé que, chaque année, à la Pentecôte, tous les frères devaient se retrouver à Sainte Marie des Anges, dans la plaine au pied d'Assise, pour une réunion appelée "Chapitre" où l'on écoutait le Poverello et où l'on "échangeait" sur la vie de l'ordre naissant.
Les premières années, l'assistance était encore "modeste"...  mais vers 1219, la foule des disciples avait tellement grandi que c'est environ 5000 frères, venus de toute l'Europe, qui se retrouvèrent à Ste Marie des Anges...  Les Fioretti (ch.18) rapportent que le cardinal Hugolin, venu visiter cette assemblée:
"voyait dans cette plaine autour de Sainte Marie des Anges, les frères assis par groupes, ici soixante, là cent, ailleurs deux ou trois cent réunis et tous occupés seulement à s'entretenir de Dieu, plongés dans la prière, dans les larmes, dans les exercices de charité, et se tenant dans un tel silence avec une telle modestie qu'on n'entendait là ni rumeur ni murmure. (...)
Et il y avait dans ce champ des abris faits de claies et de nattes, répartis en groupes selon les frères des diverses provinces.  Et ce chapitre s'appela pour cela les chapitre des claies ou des nattes.  Leurs lits étaient la terre nue, et quelques uns avaient un peu de paille; les oreillers étaient une pierre ou du bois."
Et l'on venait de tous les environs, riches ou pauvres, écouter le Poverello... Or, une si grande foule nécessitait tout de même une certaine "intendance"!
"Le pasteur suprême, le Christ béni, voulant montrer comment il a soin de ses brebis et quel amour singulier il a pour ses pauvres, inspira aussitôt aux gens de Pérouse, de Spolète, de Foligno, de Spello, d'Assise (...) de porter à manger et à boire à cette sainte assemblée.  Et voici tout à coup venir de ces lieux des gens avec des bêtes de somme, des chevaux, des charrettes, chargés de pain et de vin, de fèves et de fromage, et d'autres bonnes choses à manger, selon qu'il était nécessaire aux pauvres du Christ.  Outre cela, ils apportaient des nappes des cruches et des verres et d'autres vases qui étaient nécessaires pour une telle multitude"...
"

Commentaires

Wow, j'adore votre article, grand merci à vous pour ces astuces, et notez en premier lieu que je suis entièrement d'accord avec vous. Bref, votre blog est réellement excellent, votre site m'a ouvert les yeux ! Désolé si besoin pour les fautes éventuelles, n'étant pas francophone, j'ai utilisé Google Translate.

Écrit par : Bernard | 21/04/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique