https://www.atinternet-solutions.com
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/08/2012

CASALE, Villa romaine...

Avançons dans notre voyage...

Les villes se succèdent mais on ne peut tout visiter; chacun a sa façon de voyager; le risque est de vouloir tout voir et de ne se souvenir de presque rien!  Alors essayons de cibler nos visites et de profiter au maximum des magnifiques paysages que nous traversons, des villes accrochées au flanc des collines que nous découvrons.

C'est le cas aujourd'hui en quittant Syracuse pour pénétrer plus avant dans le centre du pays.

Une déviation de la route principale, des travaux routiers, une allure du trafic très lente nous permettent d'admirer à loisir les villes de NOTO, ISPICA, MODICA, toutes perchées sur leur promontoire, de même que RAGUSA IBLA, COMISO...

En direction de CALTAGIRONE le paysage est bien différent de la côte: aspect karstique, murettes de pierres, mais aussi végétation verdoyante, des cultures et quelques troupeaux.

P5210429.JPG

Notre but, aujourd'hui: la découverte à Piazza Armerina de

la Villa romaine de CASALE

P5210430.JPG

C'est une immense Villa de 3500 m2 datant du 3° ou 4° s. après J-C.,  remarquable par ses mosaïques qui recouvrent pratiquement toutes les pièces de cette demeure.  Elles retracent des scènes de la mythologie mais aussi des scènes de la vie quotidienne: bains, chasse, jeux du cirque, "sport", danse, travaux des champs...

On notera que cet ensemble est classé au Patrimoine mondial de l'Humanité.

Actuellemnt une grande partie du site est en travaux et certaines des salles sont fermées au public; de plus il est assez difficile de photographier les mosaïques, à moins d'être un "pro" de la photo et d'avoir le matériel ad hoc...

Alors, allez voir sur internet: "villa romaine de casale"... et vous serez convaincus!

P5210431.JPG

Vous y verrez des scènes de courses de chars...

P5210432.JPG

et ces mosaïques de la salle de la "Petite Chasse".

Il existe une une immense salle, malheureusement en partie fermée, dite de la "Grande Chasse" où l'on montre la capture et la vente d'animaux sauvages (éléphants, rhinocéros, lions...) destinés à la vente pour les jeux du cirque.

P5210433.JPG

ou cette autre représentant une scène de pêche.

P5210434.JPG

On ne peut quitter Casale sans faire allusion à la salle des "dix jeunes filles en bikini": jeunes sportives en "deux-pièces"... la salle est en restauration; de même celle représentant un couple jeune, tendrement enlacé...


Nous reprenons la route toujours sinueuse en direction d'Enna où nous ne pouvons nous arrêter...

 

P5210435.JPG

et c'est à CALTANISETTA que nous prendrons nos quartiers pour la nuit... après l'épreuve quotidienne de la conduite dans des rues étroites à la circulation plus qu'imprévisible, à la recherche du parking promis!

29/08/2012

SYRACUSE (suite)

Retour dans l'île d'ORTYGIE...

Parmi les nombreux monuments et places, arrêtons-nous sur la

PIAZZA DUOMO

P5200395.JPG

Cette Place du Dôme (ou de la Cathédrale) est légèrement arrondie sur le côté (ici, à gauche) qui fait face à la cathédrale.  Se dressent, ici, de beaux palais baroques, dont le palais du Sénat

P5200398.JPG

et, ci-dessous, l'église Santa Lucia

P5200396.JPG

le DUOMO

La cathédrale, elle même, est assez "originale"!

Elle est construite sur l'emplacement d'un temple dédié à Athéna qui fut englobé, au 7° s., dans la construction d'un édifice religieux chrétien. C'est ainsi que l'on peut apercevoir à l'intérieur et, ici, à l'extérieur, les énormes colonnes doriques de l'ancien temple.

P5200399.JPG

P5200400.JPG

P5200401.JPG

P5200402.JPG

Le portail d'entrée de la cathédrale est plus récent, l'ancien s'étant effondré lors du tremblement de terre de 1693.

P5200397.JPG

La Sicile et les tremblements de terre, quelle longue et douloureuse histoire!

Nous retrouvons le bus qui nous ramène au camping par un très long circuit qui nous permet d'admirer la baie de Syracuse et l'île d'Ortygie.

27/08/2012

SYRACUSE

Nous quittons notre villégiature calme et reposante, sous les oliviers pour prendre le bus qui nous amène au centre de SYRACUSE. Aujourd'hui, point de soleil, tant pis!

Ah! Syracuse! que de souvenirs du temps de mes "humanités gréco-latines" où, dans les versions, il était question de Syracuse, de ses tyrans, de la rivalité avec Carthage et Athènes... et Ulysse qui eut bien des misères dans les eaux siciliennes! 

Et Archimède,  "eureka!"... natif aussi de Syracuse!

Nous nous dirigeons tout de suite vers 

l'Ile d'ORTYGIE

qui constitue le noyau historique de Syracuse, relié à la terre ferme par le Ponte Nuovo.

Nous découvrons tout de suite les ruines du temple dédié à Apollon, le plus vieux temple de Sicile (6° s. avt JC) qui devint, au cours des siècles église puis mosquée...

P5200386.JPG

avant de nous perdre dans les petites ruelles de la cité où alternent quartiers populaires et palais; certains, bien "malades" attendent une hypothétique restauration.

P5200387.JPG

Et nous débouchons sur le belvédère S. Giacomo, ancien bastion aménagé sur les anciens remparts, proche du fort Vigliena.

A la pointe de l'île s'élèvee le Castello Maniace, fort construit par Frédéric II de Souabe...

La Sicile a vu, dans son histoire, "défiler" bien des "peuples" intéressés par sa situation et ses richesses :  Grecs, Romains, Barbares, Byzantins, Arabes, Normands... ("pour une fois qu'on parle de nous!", paroles entendues d'un groupe de touristes normands de "chez nous"!!!) , Souabes, Angevins, Aragonnais...

P5200389.JPG

Sur ce front de mer, de nombreuses demeures sont abandonnées ou en mauvais état.

Au delà du Château, on retrouve la Riviera di Levante, lieu de promenade avec la célèbre Fonte Aretusa , source d'eau douce toute proche de la mer; son débit est important et les canards s'y trouvent bien, de même que les papyrus qui s'y développent.  Cette plante fait partie de l'histoire de Syracuse car elle pousse également sur les rives de la rivière Cyane, dans les environs de la ville.

P5200390.JPG

Nous quittons Ortygie pour rejoindre l'immense

Parc archéologique de NEAPOLIS

P5200410.JPG

Le Théâtre Grec est l'un des plus grands monuments de l'Antiquité, construit vers le 5° s. av. J-C.

  Comme à Taormina, on a utilisé la pente naturelle du site pour y creuser les gradins.

Au cours des siècles il a subi de nombreuses transformations... Sous la domination espagnole, on y installa même des moulins à eau alimentés par un aqueduc...

De nos jours, les gradins "modernes" occultent les "originaux" car le Théâtre est régulièrement utilisé pour des concerts ou des représentations théâtrales : au programme cette année: Eschyle, Sophocle, Euripide...P5200411.JPG

Ci-dessous,

l'Amphithéâtre romain,

creusé lui aussi en partie, directement dans la roche (à gauche) et, au milieu, la cavité rectangulaire était destinée au matériel "technique" pour la réalisation de grands spectacles avec gladiateurs, fauves, joutes navales...

P5200409.JPG

Les LATOMIES.

Encore un endroit extraordinaire!

Les Latomies sont les anciennes carrières d'où l'on extrayait les pierres de calcaire pour la construction des maisons et des divers monuments.  La technique d'extraction est assez compliquée, utilisant pioches, coins et morceaux de bois que l'on arrosait pour faire éclater la roche...

P5200413.JPGCertaines se trouvent au sommet de la colline sur le flanc de laquelle est construit le Théâtre.

Après la période d'extraction, ces latomies furent "aménagées" pour servir de prisons... d'où peu ressortirent vivants!  On les utilisa également pour des cérémonies funèbres et même pour la culture...

P5200415.JPG

 La "Latomie du Paradis"

"L'Orecchio di Dionisio"

P5200416.JPG

L'appellation de cette latomie vient de la ressemblance avec le pavillon d'une oreille.  C'est Le Caravage qui lui a donné cette appellation lors d'un voyage en Sicile, au 17° s.

P5200417.JPG

C'est véritablement grandiose et l'acoustique y est remarquable.

P5200418.JPG

On s'enfonce assez loin dans le sol (65 m.), dans une sorte de méandre, jusqu'à l'obscurité; la hauteur (23 m.) est impressionante, les parois sont lisses...  On suivait, semble-t-il les strates de la pierre pour en extraire les meilleurs morceaux...

P5200423.JPG

On pense que l'extraction commençait par le haut où l'on ouvrait une fissure que l'on élargissait ensuite vers le bas...

P5200425.JPG

L'"Oreille de Denis"?    Pourquoi?

La légende suggère que Denys l'Ancien, grâce à l'acoustique de la grotte, pouvait espionner ses ennemis, discrètement!

24/08/2012

L'ETNA

Aujourd'hui,  l'ETNA !

Nous quittons Taormina par la nationale avant de prendre la belle route, certes très sinueuse, appelée la "Strada Mareneve" (la route "mer et neige", la bien nommée!) qui nous amène vers l'Etna-Nord, en passant par Linguaglossa.

Cette route "Mareneve" serpente dans la verdure, très agréable, bordée par une belle pinède de mélèzes qui fut pourtant touchée par une coulée de lave en 2002; il est d'ailleurs frappant de marcher en sous-bois, sur un véritable tapis de poussière volcanique qui recouvre aussi la chaussée, comme ci-dessous, alors que l'on approche du terme de la route à Piano Provenzana.

P1010036.JPG

Piano Provenzana, à 1800 mètres, est le point de départ d'excursions sur le versant Nord, en 4x4, vers les cratères du sommet...  Nous nous contenterons de monter à pied par le chemin emprunté par les véhicules...

P5190375.JPG

P1010055.JPG

et de voir de plus en plus près le sommet enneigé et fumant du Géant de Sicile qui culmine à environ 3350 m., altitude qui varie sans cesse suivant les colères du "Monsieur"!  Le panache de fumée est impressionnant!

P1010041.JPG

Nous cheminons dans un décor apocalyptique entourés de véritables montagnes de lave tantôt noire, tantôt colorée, laissant apparaître des squelettes d'arbres debout ou couchés; quelques rares spécimens ont même été épargnés par le feu!

P1010040.JPG

P1010043.JPG

Ici, c'est tout ce qui reste des anciennes installations du Piano Provenzana après l'éruption de 2002: un morceau de toiture,  des ferrailles enchevêtrées et des arbres calcinés!

P1010044.JPG

Pendant près de trois heures, nous allons continuer notre ascension et, intrigués par ces "taupinières" sur notre droite, parcourues par un sentier, nous atteignons un peu par hasard un ensemble de cratères d'où est sortie cette coulée de lave de 2002!

L'Etna possède quatre cratères sommitaux et environ... 250 bouches excentrées comme celles-ci!

P1010045.JPG

Ces quelques photos rendent bien imparfaitement compte de l'ampleur des cratères!

P1010050.JPG

ci-dessous, le personnage, sur la crête, à droite, donne un peu l'échelle du lieu!

P1010047.JPG

P1010052.JPG

De la-haut, on distingue parfaitement l'emprise de la coulée de lave, avec, en bas (partie claire) le parking actuel de Piano Provenzana d'où nous sommes partis.

P1010053.JPG

Un peu de couleur dans ce paysage de désolation!

P1010056.JPG

sous la cendre, un petit pont de neige et un petit coeur... pour l'Aimée!

Nous arrêtons là notre ascension pour reprendre la route vers le versant sud en continuant encore la "Mareneve" panoramique; nombreux villages agricoles: la terre est fertile par ici!

A Fornazzo, une impressionnante coulée de lave , en 1979, a lèché les murs et fait une petite incursion dans la minuscule chapelle du Sacré-Coeur... Face à ce "miracle", on vient aujourd'hui y déposer des ex-voto.

Par Zafferana, nous atteignons le complexe touristique proche du Refuge Sapienza d'où partent les télécabines pour les cratères sommitaux... que nous empruntons, n'ayant pas compris que, vu l'heure, nous ne pourrions faire qu'un aller-retour... c'est malin!  Nous n'aurons vu qu'un immense  nuage de fumée!

A la descente, nous aurons tout de même droit à de belles vues sur des cratères secondaires.

La plongée sur CATANE est infernale; nous renonçons, après cette journée au grand air, à nous enfoncer dans cette métropole  - on ne peut pas tout voir, n'est-ce pas? -   nous décidons alors de "foncer" directement sur Syracuse où l'aire d'accueil des camping-car est fermée!  Nous nous rabattons sur un agriturismo, à 4 km de la ville, à l'ombre d'immenses oliviers séculaires.

22/08/2012

MESSINE - TAORMINE

En route, donc, pour la SICILE...

que nous avons envie de découvrir et qui est, en cette année 2012, la destination principale de notre voyage en camping-car, en Italie.

Depuis notre passage du col du Mont-Cenis, nous avons quelque peu flâné en descendant vers les "orteils" de la botte italienne...  On ne passe pas la Lombardie puis la Toscane sans revoir certains des lieux que nous avons parcourus à pied, en 2007, lors de notre pérégrination vers Assise (voir VEZELAY-ASSISE, ci-contre), puis voir enfin Lucca et Volterra, faire une halte de nouveau à ROME que l'on ne se lasse pas de découvrir...

Après Rome, nous ne traînons pas, utilisant, contrairement à notre habitude, l'autoroute vers le Sud... que nous devons quitter bientôt pour des déviations sans fin où l'on roule au pas durant des heures...

Après une escale à Scalea, dans un petit camping de bord de mer,

P1010023.JPG

où nous nous régalons du spectacle toujours nouveau d'un paisible coucher de soleil...

P1010025.JPG

P1010034.JPG

 

nous poursuivons par la nationale qui longe la côte jusqu'à Villa San Giovanni où nous embarquons pour passer de "Scylla en Charybde", traversant ainsi les trois kilomètres du détroit de Messine en une vingtaine de minutes.

P5170355.JPG

P5170356.JPG

Nous quittons Messine, sans visiter la ville;  la circulation est indescriptible; nous prenons vite la route vers Taormina, puis l'autoroute qui traverse de nombreux tunnels... dans lesquels on roule à vitesse excessive,  à notre goût!

Il est toujours aussi difficile de garer un camping-car et nous finissons par trouver un camping sous les arches du viaduc de l'autoroute, à Letojoanni, d'où nous partons à pied vers Taormina, tout la-haut!  Il y a heureusement un Funivia qui nous amène à proximité du centre-ville.

Nous voici sur le plateau rocheux sur lequel est construite la ville.  A 200 mètres d'altitude, il domine la mer:

P5170360.JPG

ici, la côte, vers Catane...

P5170359.JPG

là, vers Messine...

P5170366.JPG

Le Corso Umberto I est l'artère principale, entre la porte de Messine et, ici, la porte de Catane.  Sur cette rue principale se greffent de petites ruelles, étroites et fleuries.

Places, belvédères, jardins  (di Villa Communale)  se succèdent et offrent des vues impressionnantes sur le sommet fumant et inquiétant de l' Etna, maintenant tout proche...

P5170361.JPG

Nous garderons surtout un grand souvenir du fameux Théâtre Grec de Taormina

P5170371.JPG

Il date du 2° s. apr.J.C, construit sur la pente naturelle du terrain, certains de ses gradins ont même été taillés à même la roche.  Outre des pièces de théâtre, les Romains l'utilisaient aussi pour les jeux du cirque, avec gladiateurs et bêtes fauves!  Ainsi, dans ce magnifique décor, des hommes sonts morts, pour le "plaisir" des autres... Comment et pourquoi ne pas y penser?!

P5170372.JPG

C'est, maintenant, un hâvre de paix à l'acoustique parfaite: on y accueille même des rencontres internationales de cinéma, de théâtre et de musique.

Sous le soleil déclinant, l'ocre des pierres est encore plus impressionant; l'Etna, couronné de neige, se dessine sur le ciel d'un bleu azur et descend en pente douce vers la mer ionienne... toboggan idéal, aussi, pour les coulées de lave, lorsque le géant se met en colère!

Dommage que les grilles ferment si tôt: nous serions encore bien restés ici longtemps, paisiblement!

P5170373.JPG

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique