https://www.atinternet-solutions.com
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/12/2011

Etapes 32 - 33 : Melide - Arca - Santiago

 

15 et 16/10  Etapes 32-33  Melide - Arca- Santiago - 33 km. et  19 km.

Nous voici en pays connu!

A chaque pas, chaque virage, nous savons ce qui nous attend!  C'est fou ce que notre mémoire peut engranger alors que, parfois, nous croyons avoir tout oublié!

Nous notons les améliorations apportées (encore que...) au sentier, depuis 4 ans: sable et gravier ont applani le chemin... quitte à faire regretter les sentiers glissants et hérissés de pierre...

PA150200.JPG

Le beau temps est revenu; nous avançons rapidement, traversant Arzua, où nous avions fait étape en 2000, Boavista... Nous négligeons même Santa Irene et ses nombreux alberge pour faire trois km supplémentaires jusqu'au gîte d'Arca où nous passerons la nuit pour la troisième fois: inutile de nous décrire les lieux ni de nous montrer où se trouvent les casseroles; par contre les plaques électriques sont devenues poussives!

Nous échangeons avec quelques pélerins plus que jamais enthousiasmés par ce qu'il viennent de vivre et ne semblent goûter que modérément "l'austérité" de notre parcours... mais un chemin peut être "austère" et "vrai", même s'il n'est pas parcouru par des hordes de pélerins...

PA160201.JPG
Ce dimanche 16 octobre 2005, je quitte Arca à 6h20, afin d'arriver à la Cathédrale de Santiago vers 11h45 pour la messe des Pélerins célèbrée à midi! C'est jouable... comme les années précédentes!
Je pars en compagnie d'un couple canadien afin de profiter de leur lampe frontale; habituellement, nous levons le camp avec l'arrivée du jour.  Ils marchent vite, les bougres!
Nous voici en vue de l'aéroport: les avions en bout de piste grondent, prêts à s'élancer.  Je laisse filer mes "lumières" pour continuer à mon rythme...
Voici Lavacolla où les pélerins d'autrefois faisaient leurs ablutions "du haut en bas" avant d'aller honorer l'Apôtre.

Vers 10h, j'arrive au Monte do Gozo... Ce lieu si important pour les pélerins de jadis car c'est de cet endroit qu'ils apercevaient -enfin!-, assez proches, les tours de la Cathédrale... d'où ce nom: "mont de la joie" (montjoie).

PA160202.JPG
PA160204.JPG
Nous nous retrouvons dans la cathédrale pour la messe en compagnie de pélerins siciliens; l'office est présidé par l'évêque de Syracuse... et puis c'est le "spectacle" du "botafumeiro", ce lourd encensoir que plusieurs hommes, par un système de poulie, envoient jusqu'à (presque) toucher les voûtes du transept.
PA160208.JPG
A la fin de l'office, nous retrouvons notre sympathique jeune compagnon qui a cheminé avec nous... il est arrivé hier!
PA160210.JPG
Voilà, c'est fini!

Nous sommes un peu émus en pensant que c'est probablement la dernière fois que nous venons à pied à Compostelle... apès 2000 (Le Puy), 2001 (Arles), 2002 (Séville), 2003 (de Portimao au Portugal) et 2005 (Norte)

Celà aura été une forte expérience:
celle de la durée...
"chaque matin nous prenons le chemin..."
expérience du silence;
temps libre pour réfléchir, prendre de la distance;
dépasser parfois les moments de doute et de lassitude;
remettre les choses de la vie "à leur place";
pour revenir chez soi à la fois pareils et différents;
même si notre cadre de vie reste semblable, nous appréhenderons peut-être les choses de la vie avec un autre regard ...

Cet après-midi, nous flânons dans Santiago ou sur la place de l'Obradorio, observant les amis pélerins qui se promènent en savatte... Mais aussi des scènes de retrouvailles: on s'est croisé sur le chemin, on s'est perdu, on s'est retrouvé...
et les mots sont inutiles -ou se bousculent- pour partager ce que l'on ressent...

Et demain matin, quand le train quittera Santiago, chez beaucoup, il y aura un petit pincement au coeur!


Joyeux Noël 2011!

23/12/2011

Etape 31 - Ferreira - Melide

14/10 Etape 31  -   Ferreira  -  Melide - 20 km.


Nous quittons la Casa Rural de bonne heure  -il fait à peine jour-   en franchissant le ponte romana pour continuer sur la calzada romaine, pavée de grosses dalles.  Il bruine, nous sommes dans une sorte de brouillard.

Aujourd'hui encore, alternance de petites routes de campagnes et de sentiers dans la lande, traversée de fermes boueuses, aux chiens hurlants, le croc menaçant... nous sommes surtout attentifs à la qualité de leur chaîne!  Le bruit des éoliennes, devinées plus que vues, nous sont devenues familières.

PA140196.JPG
Pour nous rappeler les montagnes des jours passés, voici qu'il nous faut grimper et franchir un petit col de 700 m. pour passer la Sierra do Careon.
PA140197.JPG
Les chemins ne sont pas toujours aisés... Heureusement, pour les franchir, quand ils se transforment en torrents, les corredoiras -grosses pierres surélevées sur le bord du sentier-torrent-  permettent de circuler sans trop se mouiller les pieds!
PA140199.JPG
Nous sommes toujours dans l'humidité; la "montagne", sur notre gauche, retient le brouillard; les eucalyptus, désormais omniprésents, dégagent une bonne odeur sous l'humidité ambiante.

Au fond de la photo, vous devinez la ville de Melide...

C'est pour nous une vieille connaissance car pour la troisième fois, nous retrouvons cette ville, "notre" gîte et son hospitalero... qui nous reconnaît!  Nous étions déjà passé ici en 2000 , lors de notre premier pélerinage, en provenance du Puy, puis en 2001, en venant d'Arles...

Vu notre grand âge (!), il nous ouvre un "dormitorio" afin de nous éviter des acrobaties dangereuses pour grimper dans les lits superposés!

L'alberge se remplit très vite et il faudra même disposer des matelas par terre dans le réfectoire.

Tout celà montre bien la différence entre le Camino Francès, envahi, et le Camino del Norte, si paisible et fréquenté différemment, au moins à cette époque-là!

21/12/2011

Etape 30 - Lugo - Ferreira

13/10 - Etape 30 -   Lugo  -  Ferreira - 29 km.

Hier soir, nous avons participé indirectement à la liesse populaire au fond de notre lit car, sous nos fenêtres, la fête s'est prolongée tard dans la nuit!

Nous quittons Lugo dans le froid: c'est la première fois que la bise nous pince les oreilles; la journée s'annonce maussade mais la pluie attendra le dernier kilomètre de l'étape pour nous tomber dessus!

Nous quittons Lugo par la Puerta de Santiago, dominée par une imposante gravure représentant S. Jacques Matamoros; plus loin nous franchissons le pont romain et le fleuve Miño et remontons une route pentue, très fréquentée en début de matinée. Les bornes jacquaires, nombreuses, égrennent leur compte à rebours des kilomètres nous séparent de Santiago, ici: 101km858!

PA130187.JPG
Une clôture de pierres dressées...

Nous retrouvons la campagne et ces fameuses clôtures.  On flanerait presque mais nous avons hâte d'arriver, une fois encore, au terme de notre voyage.
Nous sommes désormais habitués au paysage qui ne varie guère: fermes ou hameaux flanqués de leurs horreos carrés ou rectangulaires; on apprécie de quitter le goudron pour retrouver ces sentes souvent parallèles à la route ou s'enfonçant sous les châtaigniers.
Nous traversons quelques villages et nous nous arrêtons, ici, près de la petite église romane San Miguel de Bacurin (XII° siècle), entourée de son petit cimetière.
PA130191.JPG
PA130190.JPG

Imprudents, nous sommes partis ce matin sans le moindre ravitaillement pour la journée... or nous nous apercevons que les villages traversés sont dépourvus de commerces ou de bars... sauf ici, à Burgo de San Vincente!
La halte sera roborative: outre le "cafè con leche", on nous sert du queso maison, du pain grillé, du jambon, du saucisson et du miel "de la casa"!

Nous continuons par des chemins creux, parfois dallés, comme cette antique "calzada" romaine, et pour franchir les passages humides, nous apprécions l'aide de nos bâtons!.
Plus loin, nous laissons le passage à un couple qui, accompagné de ses beaux chiens de berger, conduit ses 400 brebis vers un gras pâturage!

PA130195.JPG

PA130192.JPGSoudain, sur la route de San Roman de Retorta, une voiture s'arrête à notre hauteur: c'est le propriétaire de la Casa Rural de Ferreira -que nous avions contacté pour l'hébergement de ce soir- qui embarque le sac à dos de mon épouse, ce qui la libère pour une dizaine de kilomètres... et cette fois j'ai du mal à la suivre!
Nous finissons par atteindre, non sans avoir goûté à la pluie dans les derniers hectomètres, la Casa Rural, parfaite, malgré un prix de pension conséquent.




19/12/2011

Etape 29 - O Cadavo - Baleiro - Lugo

12/10  - Etape 29  -  O Cadavo  -  Lugo - 31 km.


Nous voici en cinquième semaine!

Si tout va bien, nous devrions arriver à Santiago dans cinq jours.

Grand changement aujourd'hui: la topographie est différente: les montagnes sont derrière nous et les chemins sont plus "doux", comparés à ce que nous venons de vivre  depuis un mois.  La preuve?  Dédette ne quitte pas la tête du convoi!

Nous sommes en Galice et, depuis Castroverde, neuf kilomètres après notre départ de O Cadavo Baleiro, l'aspect de l'habitat se modifie: grosses maisons galiciennes aux énormes pierres granitiques typiques de cette région et qui nous rappellent notre Bretagne.  Maisons carrées, trapues, dont certaines sont abandonnées; les abords des fermes ne sont pas toujours engageants et souvent le purin court dans les ruisseaux.  Les murettes de pierre réapparaissent avec leur agencement particulier: tous les cinq mètres environ, d'énormes pierres triangulaires dressées verticalement sur toute la hauteur de la clôture, retiennent dans l'intervalle des pierres plus petites.

Plus loin, ces clôtures sont remplacées par des pierres plates d'environ un mètre de haut, fichées en terre.

PA120184.JPG
(Une maison ordinaire... mais elle rappelle un souvenir personnel!)

Etape plus douce, donc, avec un peu de goudron mais surtout des chemins de campagne, à travers les herbages et les forêts; à part quelques champs de maïs, il y a peu de cultures; ça et là, quelques carrières de granit.
Météo: vent, pluie, brouillard jusqu'à midi puis temps variable!
10 heures après notre départ de O Cadavo Baleiro et 31 km, nous arrivons à

Lugo.
PA120185.JPG
Nous pénétrons en ville par la Puerta de San Pedro.
C'est vraiment une belle ville classée au Patrimoine de l'Humanité.

Nous arrivons assez rapidement sur la place de la cathédrale construite au XII° siècle, avec la participation de Mateo, l'architecte de Compostelle; on peut retrouver une certaine ressemblance entre les deux tours de cette cathédrale  et celles de Santiago.
Nous entrons dans cet édifice où, depuis le XII° siècle, le Saint-Sacrement est exposé en permanence.
PA120186.JPG
Les murailles romaines de LUGO,

des III° et IV° siècles, seraient les seules d'Europe à être complètes: longues de deux kilomètres, hautes de huit à douze mètres, elles conservent encore leurs quatre-vingt-deux  tours, magnifiquement illuminées!

C'est aujourd'hui fête nationale en Espagne, (N.S del Pilar) mais nous arrivons aussi en pleine fête médiévale à Lugo: de nombreuses personnes ont revêtu de magnifiques vêtements et la vieille ville est en liesse, malgré le temps frais et maussade.

L'albergue de peregrinos de la Xunta, près de la porte Toledana, est, comme souvent en Galice, fort agréable et bien agencé.


17/12/2011

Etape 28 - O Padron - O Cadavo Baleiro

11/10  -  Etape 28 -  O Padron  -  O Cadavo Baleira - 22 km.

Pas de photos aujourd'hui! et pour cause: quand il ne cesse de pleuvoir, l'appareil reste au sec!

Au lever, il pleut! Il faut revêtir les habits "ad hoc" que nous ne quitterons pas de la journée et même le brouillard se mêlera de la partie laissant passer, quand même, de brèves et timides éclaircies.

Nous restons toujours aux environs de 1000 m. et parcourons le même type de sentiers que les jours précédents, bitume y compris!

A l'Alto de Montouto (1050m.), l'atmosphère est étrange.  Il y a là, dans la brume, le vent et la pluie, les vestiges assez imposants d'un Hôpital Médiéval du XIV° siècle qui accueillait les pélerins...  Quelques centaines de mètres plus loin, un bruit sourd nous intrigue, celui des pales d'éoliennes, noyées dans le brouillard,  que nous n'apercevons qu'au dernier moment, sur le bord du chemin.

Nous poursuivons dans des sentiers bordés d'herbe et de fougère gorgées d'eau, qui arrosent copieusement nos chaussures complètement trempées depuis longtemps.

Nous sommes toujours en altitude, franchissant, par exemple, l'Alto de Fontaneira (930m.) ou encore, l'alto de Corballin...

Nous traversons des hameaux plus ou moins déserts, avec leurs anciennes écuries circulaires (celeiros) où l'on enfermait chèvres et brebis.

Ce Chemin se parcourt aisément, sauf entre Couto et A Lastra où une longue montée dans un vieux chemin presqu'à pic nous semble interminable: ce sera la vraie seule montée de la journée, mais on s'en souviendra!

C'est, depuis notre départ d' Irun, la première journée entièrement pluvieuse, après quatre semaines de marche!

C'est ainsi que, trempès "jusqu'aux os", nous découvrons le luxueux alberghe de O Cadavo Baleira où rien ne manque pour reconstituer les forces du pélerin harassé!!!

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique