https://www.atinternet-solutions.com
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/08/2009

Pompei. Herculanum.

Au terme de notre journée, un peu fatigante dans Naples, le bus nous permet de regagner notre campement aux suaves odeurs en traversant de nouveau des quartiers que nous avons visités: c'est un bon moyen pour les graver dans notre mémoire et c'est amusant de constater qu'ainsi, une ville devient rapidement "familière"!

Aujourd'hui, nous reprenons le train  -le circumvesuviana-   qui nous emmène directement vers Herculamum et Pompei où nous allons passer la journée sous un chaud soleil et par un temps clair qui laisse le Vésuve parfaitement dégagé.

Nous nous arrêtons tout d'abord à HERCULANUM, cette ville détruite par la même éruption du Vésuve qui, en 79 de notre ère, détruisit aussi Pompei. Elle se situait alors au bord de la mer mais les habitants, fuyant vers les embarcations, furent cependant rattrapés par le torrent de boue qui envahit totalement la ville, comblant les moindres interstices et c'est pour celà que l'on peut encore voir des charpentes, des portes, des poutres, des escaliers... qui ont été comme protégés par cette carapace de boue, alors qu'ils ont été brûlés à Pompéi. C'est vraiment émouvant.  C'est la même émotion que l'on ressent, ici comme à Pompei, lorsqu'on se trouve devant tel départ de rue ignoré par les fouilles: derrière celà, il y a des vies ensevelies, les traces d'une ville animée, anéanties en quelques minutes!...

P5060242.JPG
En toile de fond, le Vésuve...
P5060241.JPG
La ville d'Herculanum est moins étendue que Pompéi.  Au détour d'une rue, pénétrant dans l'une des maisons qui possédait une boutique avec son comptoir donnant sur la rue,  nous avons découvert cette belle fresque qui représente Neptune et Amphitrite.
P5060245.JPG
Nous reprenons le train pour arriver, quelques minutes après à POMPEI.
Innombrables sont les récits, émissions de télé que l'on peut rencontrer sur cette ville.  Disons simplement que cette cité se relevait des destructions d'un tremblement de terre qui l'avait endommagée en 59 av.J-C lorsque survint l'éruption du Vésuve en 79 après J-C.  Une couche de cendres d'au moins 6 mètres d'épaisseur la recouvrit entièrement.
  C'était une ville florissante, avec de nombreux commerces et ateliers,  qui comptait environ 25 000 habitants.
P5060265.JPG
Avant de commencer notre visite,  -gratuite, vu notre grand âge!-  nous nous offrons le service d'un audio-guide individuel, d'utilisation aisée et fort intéressant...
On entre dans la ville en franchissant  ci-dessus-   la PORTA MARINA où l'on peut voir que des passages distincts y avaient été aménagés pour les bêtes et les piétons.  Cette route descendait vers la mer alors toute proche.
P5060249.JPG
Les rues de Pompei sont généralement rectilignes et se coupent à angle droit.  Bordées de hauts trottoirs, elles sont traversées par de lourdes pierres qui permettent de passer d'un trottoir à l'autre, sans descendre sur la rue... et sans se mouiller les pieds!  Ces "passages cloutés" sont disposées de sorte à laisser un espace pour les roues des chars.

 

P5060252.JPG
Les fontaines  - à droite sur la photo ci-dessus-   sont nombreuses dans la ville et toutes construites sur le même modèle avec un bassin carré.
P5060253.JPG
Un attroupement à quelques dizaines de mètres, autour d'un gardien, nous intrigue: tout le monde, le nez par terre, semble chercher quelque chose... Le gardien attire simplement l'attention sur cette bordure de trottoir trouée... sans doute pour passer l'attache d'une bête de somme, le temps de faire ses courses! (si vous avez une autre explication, je suis preneur...)
P5060258.JPG
P5060254.JPG
P5060261.JPG
Les vestiges sont innombrables et nous avons admiré, ici, le
Forum, lieu de la vie publique de la cité.  Il était entouré des édifices publics, on y commerçait, on y rendait aussi la justice dans la "Basilica", le plus grand édifice de Pompei: c'était vraiment le centre de la ville d'où partaient les artères principales.
P5060262.JPG
La place centrale, réservée aux piétons, était pavée de plaques de marbre, comme on en voit ici quelques vestiges. Tout autour, des statues d'empereurs.  Un portique le ceinturait et au fond, dominé par le Vésuve, le Temple de Jupiter est encadré par deux arcs de triomphe.
Dans un abri aménagé dans l'ancien marché, on a réuni un grand nombre d'objets trouvés lors des fouilles, mais la plupart des objets de valeurs se trouvent au Musée de Naples.
P5060259.JPG
Les gens de Pompei s'intéressaient à la "Chose Publique" et quand il y avait des élections, les candidats faisaient leur campagne électorale: c'est ainsi que ce texte peint sur ce mur rouge est une "affiche" électorale où le candidat vantait ses mérites, détaillait le montant de ses richesses et donnait tout son "pédigrée"!
P5060255.JPG
Nombreux sont les comptoirs comme celui-ci aux coins des rues, avec des jarres encastrées dans un muret; parfois, c'est la boulangerie où l'on retrouve les vestiges du four et les meules de pierre...
P5060250.JPG
P5060247.JPG
Là-bas, au fond, le Vésuve, tel un gros chat endormi, fait le gros dos... mais il ne dort que d'un oeil!  Il faut toujours s'en méfier!  Il a eu des réveils meurtriers dans l'Histoiore, par exemple, en 1631, il y eut encore 3000 morts...  Plus proche de nous, les éruptions de  1929 et 1944...
P5060263.JPG
L'après-midi s'achève,  l'heure de fermeture est proche... et il y a tant de choses que nous n'avons pas vues. D'autres maisons, comme celle des "Vettii" (l'une des plus belles, dit-on) , sont fermées pour cause de restauration... Nous jetons un dernier coup d'oeil à l'immense amphithéâtre, l'un des plus anciens du monde romain.
 Presque seuls, maintenant, dans ces ruines, nous regagnons la sortie, dans le silence et si, ici, c'est la colère la Terre qui a détruit cette ville, nous ne pouvons pas ne pas penser à cet autre village: Oradour-sur-Glane, détruit, lui aussi, mais par la folie des hommes...

10:38 Publié dans ITALIE 2009 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : pompei, herculanum

23/06/2009

Retour de pérégrination...

Les beaux et longs voyages ont une fin... et il ne reste plus qu'à essayer de vous raconter nos découvertes,  en les illustrant de quelques photos d'amateur.

Cette année, comme je vous l'avais dit, nous avions décidé de nous lancer, en Italie, sur les traces de François d'Assise, en découvrant quelques uns des lieux qu'il fréquenta au cours de sa courte vie passée à parcourir les chemins de Toscane et d'Ombrie.  C'est ce que nous avons réalisé, en partie, après avoir fait un peu de tourisme pour découvrir  -plutôt superficiellement-  ce si beau pays. 

De ce pélerinage à pied, sac au dos, je vous entretiendrai plus tard car plutôt que de vous dire jour après jour que ça monte dur et que ça descend raide...  -les Apennins sont aussi durs qu'il y a deux ans!-   j'essaierai de vous parler des lieux et des événements de la vie de Saint-François reliés à chacun de ces lieux...  mais ça va prendre un peu de temps!

En attendant, je vous propose de flaner du côté de Paestum, en Campanie;  de jeter un coup d'oeil sur la baie de Naples; de vous envoyer dormir à quelques mètres du cratère de Solfatara à Pozzuoli... de vous plonger deux mille ans en arrière, dans les rues d'Herculanum et de Pompéi...de faire une halte à MonteCassino (Le Mont Cassin)... de traîner dans les rues de Rome... de vous émerveiller de ce musée à ciel ouvert qu'est Florence... de vous confirmer que la Tour de Pise penche toujours etc...

Allez, on embarque!

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique