https://www.atinternet-solutions.com
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/11/2009

Etape 2 (suite) François à Montecasale et Sansepolcro..

Les "Sources Franciscaines", ce recueil des textes concernant Saint François d'Assise, rapportent quelques faits reliés à l'ermitage de Montecasale et à Sansepolcro, appelé autrefois Borgo San Sepolcro.

 Le premier épisode concerne des brigands qui vivaient alors dans les bois et menaient la vie dure aux gens de la région et ne cessaient de venir quémander quelque nourriture aux frères de l'ermitage, ce qui créait quelques divergences d'appréciation: ou ne pas donner à manger à ces cruels brigands ou leur donner quand même du pain en espérant, un jour, leur conversion...

P5220355.JPG
Les frères exposent la situation à François qui leur répond:
"Si vous faites ce que je vais vous dire, j'ai confiance dans le Seigneur que vous gagnerez leurs âmes.  Allez vous procurer du bon pain et du bon vin, portez-les dans le maquis où vous savez que ces hommes se tiennent, et criez: "venez frères brigands! nous sommes des frères et nous vous apportons du bon pain et du bon vin!".  Aussitôt ils accourront. Alors vous étendrez à terre une nappe, vous y placerez le pain et le vin, et vous les servirez avec humilité et bonne humeur.  Pendant et après le repas vous leur proposerez les paroles du Seigneur; puis vous leur adresserez, pour l'amour de Dieu, cette première prière: qu'ils vous promettent de ne frapper aucun homme et de ne faire de mal à personne.  Ce n'est qu'un début: ne demandez pas tout à la fois, ils ne vous écouteraient pas"... 
Il est agréable de remarquer ici l'accueil "patient" de François qui commence par donner à manger au "pécheur" au lieu de l'accabler de reproches et de le menacer des pires tourments!  Il voit l'homme avant le mal qu'il peut avoir fait et il respecte le cheminement de chacun: "ne demandez pas tout à la fois..."  A méditer!
Pour les jours suivants, François leur dit:
"vous leur porterez, outre le pain et le vin, des oeufs et des fromages, et vous les servirez comme précédemment.  Après le repas, vous leur direz: "pourquoi rester ici toute la journée, à mourir de faim, à tant souffrir, à faire tant de mal en désir et en acte?  Vous perdrez vos âmes si vous ne vous convertissez au Seigneur.(...)
et les frères les invitent à se convertir et alors Dieu leur donnera ce dont ils auront besoin "à cause de l'humilité et de la charité que vous leur aurez témoignées".
Les brigands changèrent de vie...
"Bien plus, touchés par leur charité et leur affabilité, ils leur portaient sur leur dos du bois à l'ermitage..."
Les brigands se convertirent; les uns entrèrent dans l'Ordre, les autres, "travaillèrent de leurs mains"...
Dans les Fioretti, on note quelques différences par rapport à ce récit tiré de la "Légende de Pérouse".  Dans le chapitre 26 des Fioretti, le frère gardien "envoie promener" sans ménagement ces "larrons"!  François, apprenant celà, reprend vivement le gardien:
"Tu t'es conduit avec cruauté, car on ramène mieux les pécheurs à Dieu par la douceur que par de cruels reproches: c'est pourquoi notre maître Jésus-Christ, dont nous avons promis d'observer l'Evangile, dit que le médecin est nécessaire non aux bien portants mais aux malades et qu'il n'était pas venu appeler les justes mais les pécheurs à la pénitence; et pour celà il mangeait souvent avec eux".
...et d'envoyer sur le champ le gardien à la recherche des brigands dans la forêt pour leur porter du pain et du vin, de la part de François, de  leur demander pardon pour sa cruauté et ensuite, seulement... les prier de ne plus faire le mal et de craindre Dieu!...
Le gardien de l'ermitage était le frère Ange, celui-là même que François avait rencontré un jour, alors qu'il
"passait par un village qui s'appelait Monte Casale, un jeune homme noble et très délicat vint à lui et lui dit: "Père, je voudrais bien volontiers être de vos frères." Saint François répondit (...) "peut-être ne pourras-tu pas supporter notre pauvreté et notre rigueur."  Il répondit: "Père, n'êtes-vous pas des hommes comme moi, donc comme vous supportez cela, ainsi le pourrai-je avec la grâce du Christ"..  cette réponse plut beaucoup à saint François, aussitôt, le bénissant, il le reçut immédiatement dans l'ordre et lui donna le nom de frère Ange.  Et ce jeune homme se comporta si gracieusement que, peu de temps après, saint François le fit gardien du couvent dudit Monte Casale."
On rapporte enfin cet autre épisode où François, semble-t-til veut éprouver la "capacité" de frère Ange à vivre l'obéissance, alors qu'il est au noviciat...  L'épreuve est de taille!  comme le raconte F. Gioia, dans:  "François d'Assise.  Les lieux et les textes", pp. 52-53:
"Un jour, François lui dit, ainsi qu'à un compagnon de noviciat, de planter des choux, mais avec les racines vers le haut.  "Les choux se plantent dans l'autre sens, Père", protesta le compagnon d'Ange.  François répondit: "je vois que tu es un grand maître, va ton chemin".   Et il le congédia."
J'ai parlé, précédemment, de l'adieu de François à l'Alverne et de son retour vers Assise.  Il fit étape à Montecasale pour la dernière fois.  Il traversa aussi Borgo San Sepolcro sans s'en apercevoir:
 "en vérité, son âma fixée dans la contemplation des choses célestes, avait perdu la notion de de lieu, du temps et des personnes alentour.  Cela advint plus d'une fois, à en croire ses compagnons, qui en furent témoins".

27/11/2009

Etape 2 : Cerbaiolo - Sansepolcro.

 

C'est une longue étape de 29 km, avec des dénivelés assez importants; nous quittons l'ermitage situé à 785 m pour atteindre le col de Viamaggio à 984m. et nous restons autour de 1000-1100 mètres assez longtemps.

  Aujourd'hui, nous allons retrouver, cet après-midi, la trace de François à l'ermitage de Montecasale...

P5110144.JPG
Nous quittons de bonne heure Cerbaiolo après un frugal petit-déjeuner.  Nous refaisons en sens inverse le chemin d'hier. Le soleil levant frôle la colline et les bâtiments de l'ermitage se découpent sur le ciel.  La rude montée nous chauffe rapidement les muscles avant de nous reposer sur ce beau chemin forestier, bordé d'énormes rochers.
P5110142.JPG
P5110145.JPG
Le repos est une composante essentielle de la marche... Assis sur nos "sacs-siège", devant de si beaux paysages et sous un soleil radieux,
 il nous arrive de penser à certains passages des Fioretti ou à ces versets d'un cantique:
"Nous contemplons dans l'Univers
Les traces de Ta Gloire"...
P5110146.JPG
Un peu plus loin, sur le chemin, nous longeons le massif des "Alpe della Luna" (les Alpes de la Lune).
Dans ce  massif montagneux, composé de marne et de grès, situé dans les Apennins centraux, aux confins des provinces de Toscane, d'Ombrie et de la Marche, prennent source quelques rivières dont le Tibre.
800px-Ripa_della_luna.jpg
Mais ce qui nous a frappé, c'est le contraste saisissant de l'aspect de la végétation à quelques centaines de mètres de distance...
P5110147.JPG
Sur ce terrain ingrat, les arbres semblent rachitiques, les feuilles peinent à sortir, l'herbe même trouve à peine où s'accrocher, alors que de l'autre côté du chemin la végétation est luxuriante, comme ici, en arrivant à Montecasale.
MONTECASALE.
P5110148.JPG
l
François s'arrêta ici en 1213, alors qu'il partait pour s'embarquer, à Rimini sans doute, pour la Terre Sainte. Il y revint souvent et d'importants faits liés à cet endroit sont rapportés par les Ecrits; nous y reviendrons plus tard...
 Une petite communauté occupa ce petit ermitage donné par les Bénédictins aux Franciscains l'année précédente.
A l'entrée, une statue en bronze de François nous accueille.
De l'avis des historiens, ce sanctuaire est le plus caractéristique et le mieux conservé de tous les ermitages, celui où l'on retrouve, dans la pierre, trace du véritable "esprit franciscain".  François aimait venir ici se recueillir, spécialement, un peu plus bas, dans une fente du rocher, appelée ici, comme à La Verna et ailleurs, le "Sasso Spicco".
P5110149.JPG
Ce qui frappe ici, c'est la modestie des lieux: beauté, simplicité, rien de clinquant, tout est à taille humaine... comme cette entrée de l'ermitage;  bref, un lieu où l'on se sent bien!
P5110158.JPG
Le cloître est minuscule... quelques fleurs rouges se marient excellemment avec les pierres rugueuses baignées de soleil.
P5110157.JPG
et baignant tout cela, un grand silence!
P5110159.JPG
Sur la minuscule esplanade, devant l'ermitage, contemplant l'horizon, cette statue de François, probablement...
Pourquoi, en effet, ne pas se le représenter ainsi, lui qui n'était pas un triste sire, malgré les mortifications qu'il s'imposait.  Souvent, racontent ses compagnons, il aimait chanter les louanges du Créateur:
"Parfois il ramassait par terre un bout de bois, il le posait sur son bras gauche, saisissait de sa main droite un autre bâton et le passait sur celui-ci, comme l'archet d'une viole ou d'un autre instrument; imitant les gestes appropriés, il s'accompagnait, tout en chantant les louanges du Seigneur Jésus-Christ en français".
P5110156.JPG
A l'intérieur du monastère, une autre représentation de François, après la précédente et celle de l'entrée...  A chacun "son" François dans la représentation qu'il s'en fait!  N'en est-il pas de même pour la représentation que chacun se fait de Dieu lui-même?  Le "tien" n'est pas le "mien"!... Terrible ou miséricordieux...  Père accueillant l'enfant prodigue ou Juge intraitable et pinailleur!...
P5110152.JPG
La chapelle est aux dimensions de l'édifice: minuscule!  Au-dessus de l'autel, une statue de la Vierge portant son Fils: la tradition dit que François l'aurait trouvée dans les ruines d'un château sur lesquelles a été construit l'édifice actuel.
P5110151.JPG
Au fond de la chapelle, on accède à l'Oratoire de Saint François.
P5110154.JPG
En quittant l'ermitage par ce chemin, nous nous dirigeonsP5110160.JPG vers ce lieu tant aimé de François, le Sasso Spicco, immense entaille horizontale
à flanc de colline, où le silence est juste troublé par la chute d'eau d'un petit ruisseau.
P5110162.JPG
P5110161.JPG
Nous quittons sans hâte cet hâvre de paix...
P5110163.JPG
niché tout là-haut dans son écrin de verdure!
Mais la route est encore longue pour arriver à Sansepolcro...
Nous voici, enfin, à quelques mètres de notre hébergement... ouf!  L'étape a été belle mais rude... 
Soudain, juste derrière moi, un bruit insolite et "quelque chose" qui résonne sur le sol!...  Mon épouse-coéquipière git sur le goudron, face contre terre, écrasée par son sac, saignant abondamment de la face... déjà une "mare" de sang (enfin, presque!) baigne la route... On se précipite de la pharmacie, en face, avec des linges...  Elle se relève, le visage tuméfié, ensanglanté..  en tant qu'anciens infirmiers, nous savons que le visage saigne beaucoup, cela ne nous impressionne donc pas outre mesure... mais nous craignons plutôt quelque fracture...
C'est ainsi que nous nous présentons au Convento dei Servi di Maria où nous avions prévu de loger...
Après un nettoyage des plaies, Mon épouse va se reposer et je m'en vais quérir quelque ravitaillement en ville; il se fait tard; le tenancier du bar d'à-côté accepte de me réchauffer quelque chose que je rapporte dans notre chambre...
Demain est un jour incertain!
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique